Retraites : à quel futur sommes-nous promis ?

Si vous écoutez les informations, le sujet tourne en boucle sur les consultations du gouvernement (ou plutôt le monologue avec les syndicats salariés et patronaux).

Pour mémoire, le système actuel (retraite de base et régimes complémentaires) fut mis en place en 1945 avec 1 retraité pour 4 actifs. Aujourd’hui il n’y a plus qu’1,7 actif pour 1 retraité (espérance de vie plus longue mais problème de dépendance) et bientôt plus qu’1,4 actif pour 1 retraité ! en 2025 le COR (Conseil d’Orientation des Retraites) prévoit un déficit des retraites compris entre 7 et 17 milliards.

Pour mieux comprendre les enjeux, vous pouvez consulter les liens ci-dessous afin d’éclairer vos lumières. Pour la gouverne de chacun, la solidarité existe déjà entre les régimes de retraites autonomes. Par exemple, puisque les caisses de retraites des professions libérales (dont celle des experts-comptables) abondent les caisses de retraite des agriculteurs, artisans et commerçants pour 1 milliard d’euro chaque année !

Les régimes spéciaux bénéficient de la solidarité de chaque contribuable fiscal car les retraites de ces bénéficiaires « spéciaux » sont réglées par nos impôts.

Evaluation du rapport Delevoye par l’Institut de Protection Sociale : document de 80 pages à télécharger avec les points positifs et négatifs de la réforme des retraites ; à partir de la page 63 des simulations financières (démontrant que les très hauts revenus sont favorisés, où est la justice et l’équité de la réforme) et page 73 et suivantes des propositions de réforme qui équilibrent mieux le financement des retraites et intègrent les régimes spéciaux dans un régime universel de base.

https://www.institut-de-la-protection-sociale.fr/publication/evaluation-du-rapport-delevoye/

Si vous n’avez pas envie de lire, vous pouvez visionner une vidéo avec le lien ci-dessous, de 50 minutes, pour expliquer les contraintes des retraites et la réforme prévue selon le rapport Delevoye

https://www.capital.fr/economie-politique/retraite-par-points-age-legal-de-depart-regimes-speciaux-le-debat-henri-sterdyniak-bruno-chretien-sur-la-reforme-1338234

La spoliation des fonds dans les caisses de retraite et la soviétisation du futur système ne résoudra pas le déséquilibre. Sans faire de politique, la grève annoncée du 5 décembre devrait avoir lieu par les cotisants des régimes autonomes (salariés et indépendants) au lieu des « privilégiés » des 42 régimes spéciaux (dont font partie les parlementaires et sénateurs !) qui avaient toutes les raisons d’exister en 1945 mais qui n’ont pas été modifiés en profondeur depuis.

Edwige BaudouxRetraites : à quel futur sommes-nous promis ?

Don : solidarité et réduction fiscale

La fin d’année arrive à très grands pas et nombre de contribuables vont verser des sommes à des associations pour favoriser la solidarité, avoir bonne conscience et réduire accessoirement ses impôts.

Le don peut aussi être totalement désintéressé en devenant « donneur de sang bénévole » (https://dondesang.efs.sante.fr/) puisque le sang ou les matières dérivées de celui-ci sont irremplaçables ; 10 000 dons sont nécessaires chaque jour, qu’attendez-vous pour vous y rendre. D’autres personnes consacreront du temps aux animaux abandonnés (https://www.la-spa.fr/), aux personnes démunies, réfugiées (2nde vie à nos vêtements, objets, jouets… : https://tmv.tmvtours.fr/wp-content/uploads/2019/10/TMV_A_20191015_TMV_001_T_Q_0-web-1.pdf?_gl=1*2kyr88*_ga*YW1wLU9fNWxvUDdXU29hM3o1YWpHR0w2REVJWE5GU25XblNnSGptdC13VWl3eTdtZzFuUkJZd3RWVnpxdlhEU3F6Qy0)

Le don en numéraire permet enfin de permettre à un organisme de financer ses actions. Pour autant, sera-t-il déductible en tant que crédit d’impôt sur le revenu ou les sociétés ? Pas forcément puisqu’il faut que l’association ou fondation soit reconnue d’utilité publique. Cela implique une démarche de l’organisme car ce serait « facile » de verser 100 € au club de sport et réduire son impôt sur le revenu de 66 € (60 € de l’IS) … La reconnaissance d’utilité publique est accordée par décision du conseil d’Etat et la démarche indiquée avec le lien suivant : https://www.impots.gouv.fr/portail/professionnel/questions/mon-association-est-elle-dinteret-general-ou-dutilite-publique

L’essentiel est que votre don soit utile pour les autres, quelque soit sa forme. Un sourire est un don !

Edwige BaudouxDon : solidarité et réduction fiscale

Aides aux entreprises : avance financière jusqu’à 50 000 € !

Afin d’accompagner la reprise et soutenir la croissance, la région Centre s’est dotée, à l’instar d’autres régions, d’un dispositif de prévention des difficultés d’entreprise. Le Conseil Régional propose un prêt remboursable sans intérêt, en lien avec les Tribunaux de Commerce pour faciliter l’accès à de nouveaux marchés ou préserver les trésoreries amoindries par les crises précédentes.

Le dossier doit être présenté par un mandataire ad’hoc ou conciliateur accompagné d’une attestation par le Président du Tribunal de Commerce stipulant que l’entreprise n’est pas en procédure judiciaire. Le prêt remboursable sur 4 ans, avec possibilité de différé d’un an soit 3 ans de remboursement, permet de financer des investissements corporels, immatériels et le Besoin en Fonds de Roulement (décalage entre les encaissements clients et paiements salaires fournisseurs…).

Pour plus de renseignements, consultez-nous.

 

Edwige BaudouxAides aux entreprises : avance financière jusqu’à 50 000 € !

Initiative Touraine Val de Loire vous accompagne

Que ce soit pour la création, la reprise ou une entreprise en développement, vous pouvez contacter www.initiative-touraine.fr

Des prêts d’honneur sont versés au porteur de projet, selon diverses conditions selon le cas. Le montant moyen du prêt d’honneur est de 8 000 € et permet de bénéficier plus facilement d’un prêt bancaire. 1€ de prêt d’honneur permet d’obtenir en moyenne 8€ de financement bancaire.

Il sert principalement à financer le Besoin en Fonds de Roulement, tel que le stock ou le délai de paiement client, que les établissements bancaires classique ont dû mal à prêter.

Vous bénéficiez en outre de l’expérience d’un chef d’entreprise ou cadre en tant que parrain, pour vous aider à vous poser les bonnes questions et à trouver les réponses. Ce parrain épaule face aux difficultés et ouvre son carnet d’adresses, sans jamais s’immiscer dans la gestion.

Cerise sur le gâteau, 92% des entreprises aidées par Initiative Touraine sont toujours en activité 3 ans après la création, avec le même chef d’entreprise à leur tête.

Edwige BaudouxInitiative Touraine Val de Loire vous accompagne

Difficultés d’entreprise

Notre région ordinale s’est dotée d’un Centre d’Information et de Prévention des difficultés d’entreprise.

Retards de paiement, Urssaf, Impôts, banquier, litiges clients… De façon anonyme et gratuite, un collège d’experts (ancien juge du Tribunal de Commerce, Avocat, Expert-Comptable, 1 représentant de la CCI ou CMA) vous informe sur les procédures existantes et celles favorables à chaque situation. L’entretien est strictement confidentiel et aucune information n’est diffusée à un tiers.

Quelque soit les difficultés, des solutions existent si elles sont prises suffisamment tôt. Il est toujours bon de réagir avant que les problèmes s’installent durablement.

Connectez vous sur www.cip-national.fr rubrique « où trouver mon CIP ? ou contactez le 0 800 300 360 pour le CIP37.

Edwige BaudouxDifficultés d’entreprise

Cybercriminalité

1 entreprise sur 4 a subi en 2018 une fraude avérée, alors que 6 entreprises sur 10 n’ont pas de budget alloué pour la Cybermenace. Les petites entreprises sont les plus vulnérables, à cause d’un manque de formation, des procédures inexistantes et un système de protection des données informatiques insuffisant.

Au-delà de la cyber rançon pour décrypter les données bloquées, le temps perdu et le stress engendré sont importants. Les sociétés du CAC40 sont attaquées régulièrement et malgré leurs précautions sont impactées : Fleury Michon a stoppé ses usines de production durant 5 jours en raison d’un virus informatique, 80% des données de la société Picoty ont été cryptées, une rançon de 500 000 € est réclamée !

« Tous connectés, tous impliqués, tous responsables. » tel est le message 2019 de l’Agence Nationale pour la Sécurité des Systèmes d’Information.

Pour vous protéger efficacement, adoptez le réflexe des 3 gestes essentiels : sauvegarde, mise à jour, antivirus ! Rendez-vous sur www.cybermalveillance.gouv.fr et découvrez les gestes simples à mettre en place pour débuter votre protection numérique. Le premier volet du kit de sensibilisation est téléchargeable sur ce lien.

Ne sous-estimez pas ce risque de plus en plus prégnant à cause de nos modes de consommation d’internet. La prévention et le management sont les maîtres mots pour vous prémunir de ces attaques (plus rentables et moins risqués que d’attaquer une banque.

Edwige BaudouxCybercriminalité

Factures, avoirs, devis, comment les établir ?

Les échanges commerciaux sont matérialisés par des documents émis par le fournisseur au client (entreprise et particulier s’il ne lui est pas remis un ticket de caisse).

Les règles de facturation sont marquées par un formalisme à respecter : coordonnées de chacun, date et numéro (attention au respect de la chronologie), produits vendus, quantité, prix… sans oublier les conditions générales avec les réserves de propriété liées aux marchandises + les conditions de paiement (date, frais de recouvrement, taux d’intérêts de retard)

Il semble important de rappeler qu’une facture doit être émise à chaque transaction, surtout envers les professionnels, puisque les services fiscaux peuvent appliquer une amende de 50% du montant de la transaction non facturée (article 1737 du CGI). L’addition peut s’avérer très salée !

En outre, une facture émise ne peut être annulée purement et simplement, encore moins modifiée. Tout changement doit être opéré par un avoir (et non une facture d’avoir puisque c’est antinomique) partiel ou intégral. Si un client vous demande de corriger votre facture, pensez à votre comptable qui ne peut deviner que la facture n° ****-09 remplace la facture ****-05 !

N’hésitez pas à nous consulter pour le formalisme complet (cliquez ici), et un logiciel de gestion commerciale qui facilite la vie de tous, et vous permet de suivre votre crédit client, relancer…

Edwige BaudouxFactures, avoirs, devis, comment les établir ?

Paiements Espèces : quelle réglementation

Afin de lutter contre les fraudes et le blanchiment d’argent (lié ou non à des activités illicites), les lois françaises ont successivement modifiés les règles pour favoriser les opérations traçables (chèques, virements et cartes qui représentent pour ces dernières déjà plus de 50% des opérations) ; les pratiques européennes ne sont pas harmonisées car l’Allemagne n’a pas instauré de plafond par exemple.

En pratique, vous ne pouvez être payé par des clients qu’en Euro (monnaies étrangères au libre choix du commerçant) avec des pièces et billets en bon état. C’est au client de faire l’appoint et vous pouvez refuser plus de 50 pièces pour un seul paiement (vous avez autre chose à faire que de compter des pièces jaunes !).

Entre particuliers, il n’y a pas de plafond pour régler en espèces, il faut cependant avoir un document signé du vendeur justifiant qu’il a bien reçu la somme de la vente pour vous prémunir de toutes velléités.

Le paiement en espèces d’un particulier vers un professionnel ou entre professionnels est plafonné, sauf si le payeur justifie qu’il n’a aucun autre moyen de paiement ou pas de compte bancaire. Depuis septembre 2015, le plafond est de 1 000 € pour des résidents français et 10 000 € (au 1er octobre 2018, contre 15 000 € avant) pour des étrangers payant une dépense personnelle.

Un salarié peut également être réglé en espèces, à condition de :

  • ne pas dépasser 1 500 € par mois
  • obtenir un reçu signé du salarié pour en justifier l’opération à votre expert-comptable préféré et prouver le paiement en cas de litige prud’hommal.
Frédéric CochardPaiements Espèces : quelle réglementation

Mois européen de la cybersécurité

Aujourd’hui, la cybercriminalité n’est plus à négliger : virus, piratage… Les moyens de vous nuire sont de plus en plus nombreux. Pour vous protéger efficacement, adoptez le réflexe des 3 gestes essentiels : sauvegarde, mise à jour, antivirus ! Rendez-vous sur www.cybermalveillance.gouv.fr et découvrez les gestes simples à mettre en place pour débuter votre protection numérique. Le premier volet du kit de sensibilisation est téléchargeable sur ce lien.
Frédéric CochardMois européen de la cybersécurité

Mise en place RGPD et arnaque

Des sociétés peu scrupuleuses profitent de l’évolution des lois françaises ou européennes pour faire du chiffre d’affaires sans aucune contrepartie.

Après les démarches commerciales de Prévention des Risques pour les salariés et les Etablissements Recevant du Public, c’est au tour de la Réglementation Générale de Protection des Données, obligatoire pour toute entreprise utilisant une base informatique avec les coordonnées clients entre autres.

Soyez vigilants aux courriers que vous pourriez recevoir et les mails. Faites plutôt confiance à votre informaticien ou éditeur de logiciel qui peut vous accompagner.  courrier arnaque à télécharger

 

Edwige BaudouxMise en place RGPD et arnaque